Balade dans les bois avec Hervé Coves

la ronce sert d’interconnecteur entre des champignons qui ne pourraient pas vivre ensemble
en moyenne une plante cède 20% de sa sève élaborée à son réseau mycorhizien
du blé cultivé près d’un chêne est constitué à 4% de sucres issus du chêne
la plupart des plantes modernes ont perdu leur capacité de mycorhize, il faut remettre ces plantes sous contraintes pour qu’elles retrouvent cette capacité en plusieurs génération : travail sur les semences

les plantes servant de relai, permettant d’interconnecter les réseaux mycorhizien : aubépine, noisetier, sureau, lierre, ronce

aujourd’hui un agriculteur nourrit 130 personnes

tout ce dont la vie a besoin existe sur terre, il faut travailler avec, comprendre comment s’organiser avec elle, pour faire en sorte que l’écosystème soit paradisiaque

les plantes à bulbes créent des réserves pour nourrir les champignons qui vont pouvoir en retour nourrir la plante en décomposant la MO (matière organique), la lignine au sol
le champignon en décomposant la lignine ramène des sucres aux plantes
les bulbes permettent donc de redynamiser les mycorhizes à la fin de l’hiver
il faut prendre des bulbes aillant la capacité de se reproduire, les plantes sélectionnées pour leurs fleurs n’ont plus forcément cette capacité. Crocus des bois

Arnaud Meillarec

Auteur, conférencier, conseiller en jardinage avec le vivant, il met en place le Jardin-forêt des marais alliant arbres, plantes pérennes et annuelles sur 1000m2. Il a fondé et anime l'association "Cordemais en permaculture".