Prise de notes, MOOC gouvernance partagée

Ces vidéos sont issues du MOOC Gouvernance partagée.

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre ce cours et le mettre en application de manière collective, un jardin Estuaire et Sillon a été créé.

Une autre source, les outils de l’université du nous.

Quelle est l’idée de la gouvernance partagée ?

Le modèle pyramidal est en difficultés pour répondre aux problématiques sociales et environnementales. Il est construit sur un rapport de domination qui nous empêcherait de collaborer, de créer ensemble.
Il y a une tension entre notre désir d’individualité et notre besoin de projets partagés.

Il s’agit d’aller vers un pouvoir de faire avec les autres, vers une voie émancipatrice de l’individu pour revisiter nos organisations.

Vers une approche intégrale de la gouvernance ?

Dans une gouvernance partagée, les règles sont les mêmes pour tout le monde.
Comment rendre implicites les règles explicites de fonctionnement ?

Distinguer les rôles et les personnes, prendre en compte les ressentis

Vers une approche intégrale de la gouvernance ? 1


Vers une approche intégrale de la gouvernance ? 2


Vers une approche intégrale de la gouvernance ? 3


Vers une approche intégrale de la gouvernance ? 4

L’art de décider

La difficulté dans l’art de décider vient dans notre façon de considérer la décision : décider seul, ensemble ou ne pas décider ?
Le contrôle omniprésent peut passer d’une personne seule au décider ensemble mais l’effet est le même : soit les décisions sont prises par des personnes seules sans légitimité, soit elles ne seront pas prises et l’organisation sera en danger. Cela est source de tensions, de frustrations et de pertes de confiance.
Il s’agit de décider ensemble sur ce qui est vraiment important : le contenu des décisions s’allège, plus besoin de décider des détails de mise en œuvre.
Le groupe prend de la vitesse et de l’agilité, du plaisir à décider ensemble, seul ou à ne pas décider.
Décider ensemble des périmètres d’autorité, de rôles et de cercles : qui a la légitimé de décider seul de quoi ? Faire confiance à ceux qui seront en prise avec le réel pour leur laisser la possibilité de s’adapter.
Ces périmètres se définissent en réaction à l’activité réelle, en acceptant de ne pas décider tant que ça n’est pas nécessaire.
Passer d’un mode de contrôle à priori à un mode de contrôle à posteriori. Passage en mode « ressentir et ajuster », « tout ce qui n’est pas interdit est autorisé ».
Prendre confiance que nous serons capable de décider ensemble si cela est nécessaire.

L’art de décider 1


L’art de décider 2


L’art de décider 3


L’art de décider 4


L’art de décider 5

Sociocratie et holacratie, deux modèles de gouvernances

La promesse de la gouvernance est le fruit d’un engament profond des personnes les mettant en place
Quels que soient les outils, la gouvernance partagée est d’abord un travail sur soi

MOOC Gouvernance – Sociocratie, Holacracy ou pas de modèle de gouvernance

L’organisation vivante et sa raison d’être

Les personnes s’engageant captent un besoin du système et cherche à l’incarner.
L’organisation serait un être vivant ayant une raison d’être, il faut la découvrir, la laisser émerger. Si cette organisation n’existait pas, qu’est-ce qu’il manquerait au monde ?

Intention personnelle

Frédéric Laloux : ne pas chercher un modèle mais ce qui nous met en mouvement, prendre le temps de chercher la clef de sa motivation au fond de son cœur.

3 niveaux d’intention : personnelle, de projet, sociale.
Mon intention m’est propre et ne dépend que de moi-meme
L’intention commence au moment où elle formulée, au présent

Révéler par l’outil des « 5 pourquoi » mon intention profonde lorsque je rejoins cette aventure : au bout de 5 pourquoi, vous arrivez à la source essentielle du problème qui touche le sujet questionné.

« Pourquoi je prends part à ce MOOC ? »
1 -Je souhaite appliquer la gouvernance partagée dans tous mes projets communs
2- Je pense que c’est la meilleur façon de faire avancer un projet à plusieurs
3- Je veux donner le meilleur de moi même et que les autres donnent le meilleur d’eux-même également
4- Je veux que ces projets soient le plus efficaces et le plus impactants possibles
5- L’état du monde a besoin que chacun donne le meilleur de lui même

Reformulation : Je m’intéresse à la gouvernance partagée car je pense que c’est la meilleur façon de mener des projets collectifs à impact maximum où chacun peut donner le meilleur de lui même pour défendre le vivant et assurer notre résilience.

Un engagement particulier, nécessite une confiance dans la gouvernance partagée. Besoin d’un minimum de sécurité.
Fait appel à la responsabilité de chacun.
Cadre de sécurité : règles minimales communes, co construit liant aspect relationnels, juridiques et financiers
Ces règles évolueront, permet d’avoir un document opposable par tous
un groupe a besoin de conflits pour évoluer
il est validé par tous et par chque nouvelle personne dans le groupe
le processus de prise de décision doit être clair
quelles sont les conditions pour intégrer le groupe ?
comment gérer les exclusions ?

la dynamique de groupe
1- Pseudo nous : pré contact, le groupe est nouvellement constitué
Recherche d’alliances, le groupe s’auto évalue
2- Nous symbiotique : état bisounours, tout le monde s’aime, réunionite, phase constitutive de la culture commune
3- Le nous conflictuel
4- Le nous matûre est capable de traverser les conflits, nous sommes confiants que tout le monde peut s’exprimer
5- Le nous équipe, les efforts collectifs tendent vers un objectif clair et commun pour tous. Communicatio directe, aptitude à s’auto réguler, solidarité, confiance, acceptation des critiques

système restauratif

2 tendances : éviter le conflit ou donner un coup de pied dans la fourmillère
l’enjeu est de faire la paix avec le conflit
créer un espace pour résoudre les conflits : le système restauratif est le cadre de la réponse aux conflits
dans le cercle restauratif : l’auteur, le récepteur, et le groupe

Le déviant, l’opposant et le marginal… coopératifs !

L’opposant promeut une autre méthode, permet au groupe d’évaluer le mode opératoire
Le déviant promeut un objectif différent pour le groupe, permet au groupe que l’objectif est toujours pertinent
Le marginal permet au groupe de mesurer ses frontières, les capacités d’inclusion des membres

Arnaud Meillarec

Conseiller en jardinage avec le vivant, il met en place le Jardin-forêt des marais alliant arbres, plantes pérennes et annuelles sur 1000m2. Il anime l'association "Cordemais en permaculture".

Laisser un commentaire