Nous répondons à l’appel des coquelicots

Voilà pourquoi nous nous engageons avec énergie dans le mouvement des coquelicots : que ce soit la 6ème extinction des espèces, les changements climatiques ou le pic pétrolier, les signaux ne manquent pas pour alarmer tout un chacun sur la nécessité d’agir maintenant.

Pour autant, il n’est pas facile de s’engager, car comme le souligne Gérald Bronner dans Climat : Pourquoi tant d’inertie ? il y a une notion « fondamentale lorsqu’on s’interroge sur la paralysie de l’action : celle d’avoir trop de choix.
En effet, le marché cognitif est saturé par l’exhibition du risque (fondé ou infondé) : les ondes, le nucléaire, le glyphosate, le gluten, le lactose, les OGM, les perturbateurs endocriniens…
Les rayonnages du supermarché de la peur sont si bien fournis qu’ils peuvent conduire tout à la fois à retenir notre attention en permanence et à suspendre peu à peu notre capacité d’action. »

En permaculture, on dit qu’il faut commencer petit et au pas de sa porte, tout en s’appliquant à fédérer au lieu de diviser.

Comme le souligne Cyril Dion (co-auteur du film Demain) dans son ouvrage « Petit manuel de résistance contemporaine », il est important de trouver un premier thème fédérateur pour créer un groupe important qui pourra ensuite s’engager durablement sur d’autres sujets.

Appel des coquelicots octobre 2018

Il convient d’être à l’affût des opportunités pour créer une dynamique. L’appel des coquelicots est une de ses opportunités : il s’agit d’un mouvement national avec des supports de communications préexistants et surtout d’une cause susceptible de toucher énormément de personnes.
On parle d’enjeux de santé publique ainsi que d’impact sur la biodiversité. De multiples informations arrivent régulièrement pour nous rappeler la dangerosité des pesticides pour l’homme et pour tout le vivant.

Alors emparons-nous de cette cause contre les pesticides, comme une occasion de se rencontrer et de se rassembler localement, physiquement. Le bon endroit pour le faire, c’est devant la mairie de sa commune, quelque soit sa taille.

En octobre 2018, nous étions une dizaine à Cordemais, un peu plus en novembre.

Appel des coquelicots novembre 2018

Nous avons créé un collectif des coquelicots de Cordemais avec sa page Facebook et un groupe de discussion pour organiser les prochains rassemblements. Nous cherchons à fédérer pour créer un mouvement.

Et puisque nous avons envie de faire la fête et que nos rassemblements soient joyeux, nous avons écrit une chanson que nous chanterons ensemble tous les mois, faisant le pari que nous serons à chaque fois plus nombreux.

Cordemaisiens, rejoignez-nous! Et les autres, formez chez vous des collectifs, et rejoignez le mouvement national à partir du local : nous sommes sûrs de gagner !

Arnaud Meillarec

Auteur, conférencier, conseiller en jardinage avec le vivant, il met en place le Jardin-forêt des marais alliant arbres, plantes pérennes et annuelles sur 1000m2. Il a fondé et anime l'association "Cordemais en permaculture".

Laisser un commentaire