Prise de notes : Michel DURU – Revoir le développement territorial au prisme de la santé

la dysbiose intestinale est une réduction de la diversité de notre microbiote intestinal, à cause en particulier de la pollution et de notre régime alimentaire trop pauvres en fibres, anti-oxydants et oméga 3
il est possible de réduire de 60% l’impact carbone de notre alimentaion en passant à 2/3 de protéines végétales

les régimes alimentaires qui sont meilleurs pour la santé sont aussi meilleurs pour la planète
la santé par une alimentation préventive

en apportant du lin (riche en oméga 3) au mono gastrique, on a une qualité meilleur que pour les ruminants

notre système alimentaire, par l’emprise qu’il a sur les milieux naturels (pour produire le soja et l’huile de palme par exemple) favorise l’apparition de zoonose (maladie transmise des animaux vers les hommes) et nous en rend plus vulnérable en raison de la fragilité induite par notre alimentation pauvre en fibres, oméga 3 et anti oxydants (dysbiose)

reconnecter les domaines de l’alimentation et de l’agriculture

Arnaud Meillarec

Auteur, conférencier, conseiller en jardinage avec le vivant, il met en place le Jardin-forêt des marais alliant arbres, plantes pérennes et annuelles sur 1000m2. Il a fondé et anime l'association "Cordemais en permaculture".

Laisser un commentaire