Prises de notes : Pâturage tournant dynamique, par Mathieu Bessiere

les meilleurs prairies sont les prairies naturelles, au delà de 5 ans
découpage du parcellaire en paddocks
s’il y a un stock de bouse, ça veut dire que à côté il y a un problème de nutrition
paquerette : sur pâturage sur plusieurs années
pissenlit : beaucoup de bouses, excès de matière organique animale
trèfle : compaction
rumex et chardon : hydromorphie
lamier pourpre : nitratophile
ronce : matière organique trop ligneuse
avec 7,5% de MO, 14 passage des bêtes sur l’année, environ 18 tonnes de matière sèche
on compacte les prairies parce qu’on ne leur donne pas à manger
minéralisation naturelle de la MO au printemps et en automne
tracteur en prairie : pas plus d’une fois par an et pas quand le sol est trempé
sursemis en fin de printemps : pois, sorgho
sursemis à l’automne, attendre mi avril pour renvoyer les bêtes
au bout de 5 ans après le travail du sol, compaction pas forcément inquiétante
au stade 3 feuille l’herbe est la plus forte et la plus nourrissante
il y a une relation proportionnelle entre la taille de la feuille et la taille du limbe

si les animaux au tour d’avant ont mangé de la gaine, la feuille sera plus petite mais elle mettra le même temps à pousser que si elle était longue
quand on coupe de la gaine, on fragilise la plante qui se met en mode survie : elle économise sur la taille de ses feuilles, elle produit moins de racines et monte plus rapidement
descendre la hauteur de coupe tant que ça reste verte, à 8 cm
raser les feuilles au stade trois feuilles : la plante talle
réussir à faire tourner les animaux à la vitesse de pousse de l’herbe sans sur pâturer
les vaches et les brebis lors du premier passage laissent 2 à 3 cm de limbe au dessus de la gaine. Ingestion maximum (rapport entre la quantité d’énergie récupérée et l’effort déployé pour la récupérer
définir des paddocks homogènes au niveau de la qualité
si la couleur devient vert clair jaune, c’est qu’on a un sur pâturage
pâturer à hauteur de gaine
production d’un racine par feuille ou par talle
pas de paddock de plus de trois jours parce qu’il ne faut pas que la troisième feuille qui est en train de repousser sois broutée une deuxième fois
au stade trois feuilles, les réserves de la plante sont reconstituées
faucher à 8 cm
le paddock de demi rotation doit être au stade une feuille
record de vitesse de disparition des bouses dans une prairie : 5 jours
topping : faucher la prairie avant l’entrée des bêtes dans le paddock pour éviter les refus
pour forcer à manger le refus : réduire la taille de la parcelle pour imposer une pression homogène
planter des saules dans les pâtures trop humides
plus j’agrandis le paddock et j’augmente le temps de présence, plus il y aura un écart entre la quantité ingérée le premier et le dernier jour
brebis puis vache laitière
aller voir la prairie une fois par semaine
avoir la même quantité d’herbe dans chaque paddock, pour passer en pilotage du pâturage
le temps de repos des prairies est entre 20 et 40 jours avec en moyenne 30 jours
1 km de tuyau : 600 euros
1200 kg de matière sèche à l’hectare par rotation

La méthode de Salatin évoquée pendant la vidéo : https://agriculture-de-conservation.com/Polyface-farm-La-ferme-aux.html

Une étude sur les prairies permanentes : Pourquoi/Comment bien faire vieillir ses prairies semées d’association graminées-légumineuses

Arnaud Meillarec

Auteur, conférencier, conseiller en jardinage avec le vivant, il met en place le Jardin-forêt des marais alliant arbres, plantes pérennes et annuelles sur 1000m2. Il a fondé et anime l'association "Cordemais en permaculture".

Laisser un commentaire